SYNDROME DU NEZ VIDE

Le Syndrome du Nez Vide

L'Association Syndrome du Nez Vide France en partenariat avec la FFAAIR a saisi la Haute Autorité de Santé (HAS) pour que le Syndrome du Nez Vide (SNV) soit reconnu.

Cette saisine a été retenue et comme vous pourrez le constater inscrite en 2018 au programme de travail de la HAS (voir page 23) et se poursuit en 2019.

Si vous avez le SNV, si vous vous sentez concernés par la reconnaissance du SNV et donc de votre pathologie, ne restez plus seul(e), rejoignez l'Association Syndrome du Nez Vide France.

Le Syndrome du Nez Vide se définit comme étant consécutif aux interventions de réduction des cornets inférieurs et/ou moyens. Ce syndrome est probablement sous-évalué et est responable d'une altération majeure de la qualité de vie.(1)
C'est donc une pathologie iatrogène.
A ce jour, nous ne savons pas quelle quantité de cornet doit être conservée pour éviter un Syndrome du Nez Vide. D'éminents orl préconisent toutefois de privilégier les techniques les moins invasives.

Les Cornets

Ils sont situés à l'intérieur du nez. Ce sont des structures osseuses recouvertes de muqueuse servant à réchauffer, filtrer, pressuriser, humidifier et diriger le flux d'air inspiré. Ils permettent de respirer correctement par le nez et assurent un air de qualité dans les poumons.
Les cornets sont très innervés, augmentent et diminuent de volume en fonction de la sécheresse, du froid ou de la chaleur et de l'humidité ambiante.
On retrouve trois paires de cornets, des plus grands aux plus petits :
- les cornets inférieurs,
- les cornets moyens,
- les cornets supérieurs.
Les cornets moyens et supérieurs sont les cornets ethmoïdaux.
Lorsque la physiologie nasale est modifiée suite à un acte de réduction partielle ou totale des cornets, les conséquences peuvent être dramatiques : c'est le Syndome du Nez Vide.
L'air inspiré n'est plus réchauffé, filtré, pressurisé et humidifié.
Le flux d'air n'est plus dirigé convenablement et le manque de perception de ce flux explique la sensation de nez bouché alors que le nez est ouvert. C'est l'obstruction nasale paradoxale.
Le Syndrome du Nez Vide a aussi des conséquences pneumologiques, neurologiques et un retentissement non négligeable sur le quotidien des malades.

Les cornets du nez vus de profil, avant intervention.

Les principaux symptômes liés au Syndrome du Nez Vide (liste non éxhaustive)

- sécheresse et brûlures nasales sévères,
- croûtes nasales,
- difficulté à respirer par le nez,
- impossible de se moucher,
- obstruction nasale paradoxale,
- céphalées,
- douleurs frontales, sinusiennes et faciales,
- écoulements postérieurs de mucus,
- fatigue et insomnies chroniques,
- troubles du sommeil,
- difficultés à se concentrer,
- hypersensibilité aux variations de températures,
- sensation de vide,
- dyspnée chronique,
- difficultés à l’effort et dans les activités quotidiennes,
- infections à répétition et réactions inflammatoires diverses,
- troubles de l'odorat et ou du goût pouvant aller jusqu'à la perte totale de l’odorat et/ou du goût...

Vous trouverez plus d'informations sur ces symptômes et leurs conséquences en lisant ces témoignages.

(1) Doi : 10.1016/S0246-0351(17)76713-X