SYNDROME DU NEZ VIDE

Une fois cette erreur professionnelle commise, il est trop tard pour le patient, mais le médecin pourrait au moins avertir avant des risques (surtout pour une personne qui n'y connait rien sur les cornets et leurs fonctions essentielles) et ne plus la commettre.

- 05 novembre 2018 à 13:27

Entre 2002 et 2003, je me plaignais régulièrement de remontées acides. Un jour suite à une récidive, au lieu de me donner un médicament contre l'estomac, le médecin traitant m'envoie chez L'ORL qui lui même me fait passer scanner, etc.,... 2 mois à peine après cette première consultation, je me plains toujours de brûlures à la gorge, et l'ORL me dit qu'il n'y a plus rien à faire, il faut faire une septo rhinoplastie, car il est proscrit de prendre des médicaments…
Au passage il a pratiqué une turbinectomie sans le moindre consentement, je ne voyais aucun rapport avec mon estomac, le médecin pourtant me disait de faire cette opération.
Je n'ai pas compris tout de suite ce qui s'était passé, puis de forum en forum, j'ai compris,... A cette époque, je fais la connaissance d'une personne atteinte par le même mal, qui m'a beaucoup soutenue, aujourd’hui il n’est plus là pour en parler, malheureusement...
J'ai à peu près tout perdu de ce qu'il me restait à perdre. Malgré les ravages d'une opération inutile et d'une turbinectomie non consentie, fin 2006, j'avais lancé une activité de photographe, mais les douleurs et l'inconfort de cette situation ont ruiné mes efforts fin 2007.
L'opération de 2009 par un « grand professeur » a donné le coup final.

Je pensais bien faire en écoutant ce grand "Monsieur", qui insistait pour me réparer les valves nasales et refaire une septo + auto greffe de cartilage, qui selon lui, serait suffisantes, un implant n'aurait pas été nécessaire. Et de nouveau, grave erreur, je me retrouve avec deux cartilages extrêmement douloureux sur l'arête de mon nez qui n'ont qu'un but avéré : ouvrir mon nez plus qu'il ne l'était...
Depuis je vis un véritable enfer probablement plus incommodant que les conséquences de la turbinectomie elle-même.
Depuis les douleurs sur l'arête du nez sont continuelles et permanentes, mon nez s'obstrue en haut, ce qui m'amène à respirer par la bouche, mon nez s'effondre quand je dors du côté gauche, même porter des lunettes me fait mal, je n’arrive plus à plus travailler, ma vie est sociale est maintenant réduite à néant, je perds progressivement le courage de me battre. Je m'interroge, qui va pouvoir me sortir de là ? Pourquoi autant de souffrances inutiles en 2011 ?
Oli.

Association SNVF

0 commentaire

Les commentaires sont fermés pour cet article.